lundi 28 janvier 2008

Bienvenue au Brésil "blanc"

La folie et la samba de Rio s'estompe en descendant au Sud du Brésil, on rejoint un Brésil plus « civilisé », plus « sage ». Curitiba est la capitale du Parana, 1er état de la région Sud du pays. Les vagues d’immigration allemandes et italiennes ont laissé une forte emprunte encore visible aujourd’hui.

Dans une rue piétonne, les badauds, à majorité blanche, déambulent lors d’un marché artisanal. Toutes les tentes des vendeurs sont loués par la ville de Curitiba et le vendeur à la sauvette n’est pas autorisé dans le centre historique. Les battisses coloniales sont restaurés et mises en valeur. Les façades colorées resplendissent au soleil.

Les restaurants ont des noms germaniques ou italiens et proposent une choucroute aux couleurs locales. La bière qui l’accompagne ne ressemble pas à l’herzart que les cariocas sirotent sur Copacabana. L’amertume de la brune éveille les papilles.

Le calme de Curitiba contraste avec l’agitation permanente de Rio. Ici les automobilistes sont disciplinés, le piéton est prioritaire et les feux rouges sont respectés.

Les rues sont propres, on remarque peu de personnes jeter leurs déchets à même le sol, ils privilégient les poubelles que l’on rencontre à chaque coin de rue.

La ville n’est pas pour autant aseptisée, vide de toute vie. Une après midi dominical, alors que un ciel sombre commence à se soulager de quelques gouttes de pluies, on rencontre une parade carnavalesque peuplée d’individus déguisés. A sa tête, une troupe de percussionnistes imprime son rythme fiévreux aux danseurs qui se remuent sans compter mais en prenant garde à ne pas renverser la bière qu’ils tiennent dans une main. Le cortège reprend les paroles que l’un des meneurs chante. Tout le monde s’enthousiasme de la prose décomplexée du maître de cérémonie. Le registre sexuel est abordé sans ambages accompagnant les gestes à la voix. Nous sommes toujours au Brésil !

1 commentaire:

Marina a dit…

sumido!